L’Ordre est qualifié d’équestre, non au sens nobiliaire mais plutôt au sens féodal du service dû par les chevaliers pour leurs divers privilèges et exemptions. Il se rattache ainsi à l’ancienne chevalerie, non seulement par la continuité historique, mais aussi par l’idéal poursuivi, ainsi que l’exprime le préambule de ses statuts :

La chevalerie se définit comme autodiscipline, générosité et courage. Celui qui n’aurait pas la ferme volonté de développer et d’approfondir ces qualités dans sa propre existence ne pourra jamais devenir confrère. Le zèle au renoncement au milieu de la société d’abondance, le généreux engagement en faveur des pauvres et des non-protégés socialement, la lutte courageuse pour la justice et la paix, telles sont les caractéristiques de l’ordre du Saint-Sépulcre. […]

La conduite morale et le sentiment chrétien sont les premières exigences pour pouvoir être admis dans l’Ordre. La pratique de la foi chrétienne doit se manifester au sein de sa propre famille, sur le lieu du travail, dans l’obéissance au Saint-Père, par la collaboration à la vie de sa paroisse et de son diocèse, ainsi qu’aux activités chrétiennes.

Ces caractéristiques de l’Ordre requièrent de la part de ses membres :

  • pratique religieuse ;
  • participation aux activités de l’Église ;
  • apostolat laïc, disponibilité pour le service de l’Église ;
  • souci de l’esprit œcuménique, manifesté surtout par un vif intérêt pour les problèmes confessionnels en Palestine.

Ainsi, les membres de l’Ordre ont, non seulement la mission générale des chrétiens et leur responsabilité sociale, mais aussi une double mission spécifique :

16. L’Ordre équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem a reçu du Saint-Père le mandat spécial de renforcer la pratique de la vie chrétienne parmi ses membres et d’aider au maintien de la présence chrétienne en Terre sainte. On pourrait dire que le Pape a restitué à l’Ordre sa fonction primitive, avec la grande différence que les moyens ne sont plus la force des armes, mais l’aide fraternelle aux chrétiens de Terre sainte. Spirituellement, nous sommes encore des chevaliers du Saint-Sépulcre.

A. Renforcer la pratique de la vie chrétienne parmi les membres de l’Ordre

(…)

Le zèle au « renoncement » de soi dans une société d’abondance

19. Les membres de l’Ordre équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem doivent faire preuve d’une certaine forme d’auto-discipline et de témoignage chrétiens : c’est-à-dire d’une disposition intérieure au détachement, d’une volonté de subordonner leurs intérêts personnels aux besoins des autres et au bien commun, et d’une grande générosité dans l’utilisation au service d’autrui de leurs ressources matérielles et spirituelles, ainsi que de leurs talents, leur influence, leur temps et leur énergie.

L’engagement généreux envers les personnes les plus faibles ou sans défense

20. Les membres de l’Ordre ont un domaine particulier de responsabilité et d’apostolat chrétiens : l’assistance morale, matérielle et spirituelle aux pauvres, aux personnes sans ressources ni moyens pour se faire entendre, aux opprimés et à ceux qui n’ont pas la possibilité de défendre ni eux ni leurs droits.

La lutte courageuse pour la justice et la paix

21. Les membres de l’Ordre équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem sont invités à exercer des activités spécifiques qui englobent l’éducation, la diffusion d’informations renforçant la conscience politique, la prise de parole, les initiatives en faveur de la reconnaissance et de la défense de la dignité humaine de chaque personne, le respect des droits fondamentaux et inaliénables de l’homme, l’égalité de tous devant la loi, la liberté, l’absence de discrimination, la sécurité, l’épanouissement humain, ainsi qu’une qualité de vie juste.

B. Soutenir la présence chrétienne en Terre sainte

L’étendue du mandat de l’Ordre

22. Soutenir la présence chrétienne en Terre sainte signifie à la fois contribuer à assurer l’existence des communautés chrétiennes — c’est-à-dire l’Église — qui vivent en Terre sainte, et porter témoignage des valeurs chrétiennes dans cette région.

Par Terre sainte, on entend tout le territoire désigné comme « Terre promise » dans les Écritures saintes et associé, d’une façon particulière, à la vie et à l’enseignement de Jésus.

23. Outre son souci pour les Lieux saints, l’Ordre soutient et aide les œuvres et les institutions cultuelles, caritatives, culturelles et sociales de l’Église en Terre sainte, particulièrement celles du et dans le Patriarcat latin de Jérusalem, avec lequel l’Ordre maintient des liens historiques et traditionnels. (…)

Le rôle de l’Ordre

30. L’activité caritative de l’Ordre s’étend à tous ceux qui en ont besoin, indépendamment de leur croyance et de leur profession religieuse. Elle s’exerce suivant des directives approuvées par le Grand Magistère.

L’œuvre de l’Ordre dans et pour la Terre sainte

31. La réalisation d’initiatives d’assistance et de développement, l’aide caritative aux jeunes, aux handicapés, aux vieillards et aux marginaux, la contribution au développement social par l’éducation aussi bien que la défense de la liberté de culte, la promotion de l’œcuménisme, la défense des minorités ethniques et la recherche de la justice et de la paix, tels sont les objectifs que l’Ordre équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem doit s’efforcer d’atteindre en Terre sainte.

Dans un esprit d’union et de charité, l’Ordre s’efforce d’intéresser les catholiques et les autres chrétiens du monde à ses activités et à ses fins en Terre sainte.

Directives pour le renouveau de l’Ordre au seuil du IIIe millénaire, 1999.

Chevalerie

Ordres de chevalerie

Connexion

Si vous êtes inscrit, la connexion vous donne accès à certaines informations privées.

Inscription

Si vous n’êtes pas encore inscrit, demandez à l’être :

Inscription

Calendrier

Décembre 2017
D L Ma Me J V S
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6