10 janvier 2013.

Depuis que les évêques de la Coordination Terre sainte se sont réunis en janvier 2012, les habitants de cette région ont vécu des événements sombres et dramatiques : le conflit à Gaza et dans le sud d’Israël, la guerre civile en Syrie, ce qui a provoqué un très grand nombre de réfugiés arrivant en masse dans d’autres pays, mettant une pression énorme sur leurs ressources et augmentant une polarisation au sein d’Israël et de la Palestine. Ces développements ont suscité une profonde inquiétude pour tous dans cette région, pour les Israéliens, les Palestiniens, les juifs, les musulmans, et en particulier pour la population chrétienne dont le nombre décroît.

Cette année, nous avons rencontré des communautés chrétiennes dans la bande de Gaza, à Bethléem, à Beit Jala, à Madaba et à Zarqa. Dans la vallée de Crémisan, nous avons entendu parler des luttes juridiques pour protéger les terres et les institutions religieuses locales, de l’empiètement de la Barrière de sécurité (« le Mur »). Nous nous engageons à continuer à exhorter nos gouvernements respectifs à agir pour empêcher cette injustice. Nous avons entendu des témoignages émouvants de femmes religieuses impliquées dans la prise en charge de travailleurs migrants, de personnes victimes de trafic et de prisonniers.

Notre foi a été enrichie par la force et le courage des personnes que nous avons rencontrées : celles avec lesquelles nous avons partagé une célébration vibrante de la messe à Zarqa en Jordanie, celles qui prennent soin des plus vulnérables, comme les réfugiés en provenance de Syrie et d’Irak fuyant la terreur et la violence ; celles qui luttent contre un visage d’oppression et d’insécurité à travers les pays qui composent la Terre sainte. Nous avons à cœur de promouvoir une paix juste et faire appel à des communautés chrétiennes dans nos pays d’origine, ainsi qu’à des personnes de bonne volonté partout pour soutenir les travaux entrepris dans cette région pour construire un avenir meilleur. Deux organismes que nous avons visités en sont de bons exemples : Catholic Relief Services dans la bande de Gaza et Caritas refugee programm en Jordanie.

Nous sommes aussi appelés à reconnaître et à dire aux autres comment la foi en Dieu apporte la lumière dans la vie des gens en Terre sainte. L’une des façons dont cela arrive est l’engagement de l’Église pour l’éducation, un investissement tangible dans l’avenir. Cela n’est pas plus évident ailleurs que dans l’Université de Bethléem, où nous avons été frappés par des histoires d’étudiants, et l’Université américaine de Madaba en Jordanie. En 2009, le pape Benoît XVI a exhorté le personnel et les étudiants de la région à être des bâtisseurs d’une société juste et pacifique composée de peuples de diverses origines ethniques et religieuses.

Avec les évêques locaux, nous encourageons un soutien pragmatique pour les plus vulnérables, la formation des jeunes et tous les efforts possibles pour la promotion de la paix. Nous encourageons les chrétiens à venir en pèlerinage en Terre sainte, où ils recevront le même accueil chaleureux que celui dont nous avions bénéficié. Nous allons travailler dur pour convaincre nos gouvernements respectifs de reconnaître les causes profondes de la souffrance sur cette terre et d’intensifier leurs efforts pour une paix juste. Nous réitérons l’appel du pape Benoît XVI lancé récemment dans son discours au corps diplomatique du Saint-Siège : « Suite à la reconnaissance de la Palestine comme un État observateur non membre de l’Organisation des Nations unies, j’exprime à nouveau l’espoir que, avec le soutien de la communauté internationale, les Israéliens et les Palestiniens s’engageront à une coexistence pacifique dans le cadre de deux États souverains, où le respect de la justice et les aspirations légitimes des deux peuples seront préservés et garantis. Jérusalem, deviens ce que signifie ton nom ! Ville de paix, non de division ».

Dans les mots de l’un des psaumes que nous prions ensemble chaque jour : « demandez la paix de Jérusalem » (Psaume 122, verset 6).

Mgr Richard Smith, Edmonton, Canada.

Mgr Joan-Enric Vives, Urgel et Andorre, Espagne.

Mgr Gerald Kicanas, Tucson, États-Unis.

Mgr Stephan Ackermann, Trèves, Allemagne.

Mgr Michel Dubost, Évry, France.

Mgr William Kenney, représentant de la COMECE.

Mgr Bürcher Peter, Reykjavik, Conférence des évêques nordiques.

Mgr Declan Lang, Clifton, Angleterre et Pays de Galles.

Connexion

Si vous êtes inscrit, la connexion vous donne accès à certaines informations privées.

Inscription

Si vous n’êtes pas encore inscrit, demandez à l’être :

Inscription

Calendrier

Septembre 2018
D L Ma Me J V S
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 1 2 3 4 5 6