Au terme de cette célébration, je voudrais vous faire part de quelques réflexions en espérant vous les faire partager.

 

Tout d’abord pour vous dire combien je suis heureux que nous ayons pu nous retrouver ce soir à Saint-Leu-Saint-Gilles. Vous savez que cette église est l’église capitulaire de l’Ordre. Je souhaite qu’elle le soit de plus en plus après un sommeil un peu long.

Encore fallait-il que le curé de la paroisse accepte notre présence ce soir. De ce point de vue, je voudrais remercier très chaleureusement le père Nicolas, qui, non seulement a donné son plein accord à notre projet, mais a mis à notre disposition tous les moyens dont il disposait.

Encore fallait-il également que l’aspect spirituel de cette veillée soit assuré. J’ai en mémoire la veillée qui s’était déroulée l’an dernier, pratiquement jour pour jour, à Saint-Louis-des-Français pour les adoubements de 2013. Cette veillée que vous aviez présidée, Mgr Franco, avait été, de l’avis de tous ceux qui y ont assisté, l’occasion de nous faire partager votre foi et votre espérance dans l’avenir. Cette année encore, Excellence, vous avez accepté d’être parmi nous et croyez que nous vous en sommes vivement reconnaissants.

 

Puisque l’occasion m’en est donnée, je voudrais vous dire, très brièvement, ce qu’est pour moi l’Ordre.

Tout d’abord ce n’est pas une institution française, quoique puissent en penser certains, marqués par un relent de gallicanisme. C’est une institution romaine, pourrait-on dire, et je suis d’autant plus sensible à la présence ici ce soir des représentants du Grand Magistère, qu’ils soient français ou étrangers.

Mais l’Ordre n’est pas seulement romain. Il est le rassemblement de lieutenances chacune installée dans son pays respectif et qui œuvrent pour le bien de l’ensemble, et je me réjouis que, pour la veillée de ce soir comme pour la cérémonie de demain, nos amis de différents pays aient souhaité être parmi nous pour prier ensemble.

Enfin l’Ordre a un objectif : servir les chrétiens de Terre sainte. Mais je voudrais dire qu’en la matière, tout n’est pas réductible à l’aspect financier des choses : certes l’aide matérielle est nécessaire, elle est même indispensable, mais elle n’est pas réductrice de tout.

L’amour aussi est essentiel et de ce point de vue, comment ne pas être ému par le fait que — je crois pour la première fois —, ces cérémonies vont se dérouler en la présence du vicaire du Patriarcat latin de Jérusalem, Mgr William Shomali. C’est un geste de reconnaissance et l’amitié auquel nous sommes particulièrement sensibles.

 

Mes remerciements vont évidemment à tous ceux qui ont fait que cette veillée soit ce qu’elle a été. Je citerai les chevaliers qui ont organisé les choses, les servants d’autel, les chantres, l’organiste et vous tous, car une assemblée, c’est également tout le peuple qui y participe. Merci à tous.

 

Il ne vous étonnera pas, Excellence, que je dise un petit mot sur ce qui fait l’originalité de la lieutenance pour la France : l’existence d’écuyers et de demoiselles. Je n’insisterai pas sur ce sujet que — vous vous en souvenez sans doute — j’ai évoqué lors de la réunion des lieutenants européens au printemps dernier. Les écuyers sont une initiative française que parfois certaines lieutenances amies observent avec intérêt. Nous souhaiterions que ce mouvement fasse l’objet d’une attention toute particulière au moment où les statuts de l’Ordre sont réexaminés. Ce mouvement doit être examiné à l’aune de ce qu’il faudra faire dans les années à venir.

 

Puisque je parle d’avenir, je voudrais maintenant me tourner vers ceux et celles qui seront investis dans l’Ordre.

Nous nous sommes retrouvés au moment de votre retraite et, à cette occasion, je voudrais remercier le maître des impétrants et ceux qui l’ont aidé ainsi que l’aumônier qui les a guidés. J’aimerais aussi que nous ayons tous une intention particulière pour Laurent Villemin qui, depuis l’Inde, pense à nous comme nous pensons à lui.

Chers amis, vous vous êtes préparés, pour certains, depuis plusieurs années. Demain, vous allez vous engager, mais pas seulement par des mots. Demain, comme saint Jean-Paul II le 22 août 1997, vous allez fouler le sol de la cathédrale d’Évry, dernière cathédrale construite en France, témoignage d’une époque, comme toutes les cathédrales l’ont été en leur temps, dans un contexte bien précis.

J’en termine maintenant. Il n’est pas dans mon intention de vous donner des conseils. Puis-je simplement vous faire une suggestion ? Demain à Évry, vous serez accueillis par l’évêque du lieu, Mgr Dubost. Il a écrit un livre, Les Voyageurs de l’espérance, qui est une méditation sur la première épître de Pierre. Vous n’aurez pas à aller bien loin pour lire, en page 13, ce qui peut paraître comme un conseil encore plus valable pour un chevalier : ne croyez pas faire partie de l’équipe gagnante. La deuxième remarque en forme de conseil est un peu en lien avec la première : « Refusez la tentation zélote qui est d’imposer le royaume de Dieu, refusez la tentation illuministe qui est de vivre dans le monde sans y participer, de se replier sur le religieux, sur le secret et parfois sur le sectaire ».

Bon vent dans l’Ordre !

 

Pierre Murret-Labarthe.
Saint-Leu-Saint-Gilles, 5 septembre 2014.

À Mgr Michel Dubost, évêque d’Évry

Je voudrais très rapidement vous remercier, Excellence, d’avoir bien voulu accueillir cette cérémonie d’adoubement et d’investiture, présidée par S.Ém.R. le Cardinal Grand Maître, et nous faire partager votre foi et votre espérance dans l’avenir de l’Ordre.

Monseigneur, je ne connaissais pas votre cathédrale, et je me félicite de la découvrir à l’occasion de cette cérémonie d’adoubement et d’investiture. L’édifice qui nous accueille aujourd’hui est la plus récente cathédrale de France et témoigne d’une époque, comme toutes les cathédrales l’ont fait en leur temps, dans un contexte bien précis.

Mais comme vous l’écrivez dans votre méditation sur la première épître de Pierre, Les Voyageurs de l’espérance, la problématique de l’existence chrétienne dans le monde n’a guère varié depuis les temps apostoliques. Au fond, il s’agit de veiller. Puissions-nous être fidèles à votre message !

Enfin, il me plaît de vous présenter tous nos vœux à l’occasion de votre jubilé, que vous fêterez cet après-midi en compagnie de vos frères évêques et prêtres.

Pierre Murret-Labarthe.
Évry, 6 septembre 2014.

Discours du Lieutenant à S.Ém.R. le Cardinal Edwin O’Brien, grand maître de l’Ordre

Monsieur le Cardinal,

My Lord Cardinal,

C’est un réel plaisir et un honneur filial de recevoir Votre Éminence à l’occasion des cérémonies d’investitures vécues par la Lieutenance à Paris et à Évry, ces deux derniers jours.

It is a true pleasure and a filial honour to welcome Your Eminence on the occasion of the investiture ceremonies organized by the Lieutenancy in Paris and in Évry during these last two days.

Chacun d’entre nous, membre de l’Ordre, sympathisant ou ami de la Terre sainte, ressentons ainsi pleinement l’appel à persévérer dans cet engagement de foi, d’espérance et de charité, que fait renaître en nous Votre présence et celle des principaux responsables du Grand Magistère, dont l’Assesseur, S.E.R. Monseigneur Antonio Franco, toujours prêt à guider nos prières afin de pacifier nos âmes, le Gouverneur général, S.E. le Professeur Comte Agostino Borromeo, qui œuvre inlassablement sans jamais épargner sa personne, et le Chancelier, S.E. Monsieur Ivan Rebernik, dont la disponibilité est exemplaire.

So may each and every one of us, as a member of the Order, a sympathizer or a friend of the Holy Land, fully feel the call to persevere in this commitment of faith, hope and charity, which is reborn in us thanks to Your presence and that of the main persons at the head of the Grand Magisterium, among which the Assessor, His Most Reverend Excellency Antonio Franco, always at disposal to guide our prayers to pacify our souls, the General Governor, H.E. Professor Count Agostino Borromeo, who works tirelessly never sparing himself, and the Chancellor, H.E. Ivan Rebernik, whose commitment to help is exemplary.

Monsieur le Cardinal, au-delà du soutien constant et paternel de Votre Éminence envers la lieutenance pour la France, dont je La remercie respectueusement et cordialement, Votre présence à Paris et à Évry revêt deux significations toutes particulières. Elle nous rappelle tout d’abord l’universalité de la mission confiée à l’Ordre par les successeurs de l’apôtre Pierre. Cette universalité, nous l’avions intensément vécue l’an passé lors des investitures célébrées dans la basilique Saint-Paul-hors-les-Murs en clôture du pèlerinage de l’Ordre pour l’Année de la foi. Elle est renforcée par la participation du lieutenant pour la Belgique, S.E. Monsieur Jean-Pierre Fierens, que je remercie de sa bienveillance amicale à mon égard, et de son épouse, ainsi que des représentants des lieutenances de Suisse, d’Autriche, d’Espagne orientale et d’Italie septentrionale accompagnés de nombreux confrères de Bologne, que je remercie tous de venir ainsi témoigner de cette richesse humaine que l’Ordre reflète toujours plus. Mais Votre présence, Monsieur le Cardinal, nous aide également à mieux approfondir le sens du lien d’unité au sein de l’Ordre que Votre Éminence et le Grand Magistère assurent, et sans lequel l’engagement de chaque dame et de chaque chevalier envers la Terre sainte ne saurait porter de bons fruits.

My Lord Cardinal, beyond the constant and fatherly support Your Eminence shows towards the French Lieutenancy, for which I respectfully and cordially thank Her, Your presence in Paris and in Évry has two specific meanings. It first reminds us of the universality of the mission entrusted to the Order by the successors of the Apostle Peter. We had intensely experienced such universality during last year’s investitures celebrated in the Basilica Saint Paul Outside-the-Walls when closing the pilgrimage of our Order for the Year of Faith. It has been strengthened by the participation of the Belgian Lieutenant, H.E. Jean-Pierre Fierens, whom I thank for his friendly kindness to me, and of his wife, as well as of representatives of Lieutenancies of Switzerland, Austria, Eastern Spain and Northern Italy with numerous fellow members from Bologna, whom I thank all for coming here and attest the human potential for enrichment, for which the Order stands more and more. But Your presence, My Lord Cardinal, also helps us to come to a better understanding of the meaning of the bond of unity within the Order ensured by Your Eminence and the Grand Magisterium, and without which the commitment of every Dame and of every Knight towards the Holy Land could not bear good fruit.

La présence à Évry de Monseigneur Rubén Darío Ruiz Mainardi, premier conseiller, délégué par S.E.R. Monseigneur le Nonce apostolique en France, empêché, nous a rappelé que la mission de l’Ordre doit s’inscrire pleinement dans celle de l’Église tout entière.

The presence in Évry of Mgr Rubén Darío Ruiz Mainardi, First Councellor, delegated by His Most Reverend Excellency the Apostolic Nuncio in France, prevented, reminded us that the mission of the Order must be fully incorporated in the mission of the entire Church.

La présence de S.E.R. Monseigneur Shomali, vicaire de Sa Béatitude le Patriarche latin de Jérusalem, grand prieur de l’Ordre, rappelle que notre engagement envers les pierres toujours martyrisées et toujours vivantes qui constituent l’Église mère, est inscrit au plus profond de notre cœur et doit le vivifier sans cesse.

The presence of His Most Reverend Excellency Shomali, vicar of His Beatitude the Latin Patriarch of Jerusalem, Grand Prior of the Order, reminds us that our commitment towards the still martyrized and still living stones, which constitute the Mother Church, is coined within the very depths of our hearts and must constantly revitalize it.

Je tiens à remercier publiquement S.E.R. Monseigneur Dubost pour son accueil aussi courageux qu’immédiat et spontané dans sa cathédrale de la Résurrection visitée le 22 août 1997 par saint Jean-Paul II.

I wish to publicly thank His Most Reverend Excellency Dubost for his welcoming us in such a courageous, immediate and spontaneous manner in his cathedral of the Resurrection, visited on 22nd August 1997 by Saint John Paul II.

Les cérémonies qui se sont déroulées tant à Saint-Leu-Saint-Gilles qu’à Évry témoignent de cette nécessité, à laquelle le pape François nous exhorte tous, de découvrir la périphérie et la diversité des hommes et des femmes afin d’y porter ce message d’amour sans lequel nous ne sommes rien.

The ceremonies, which took place in Saint-Leu-Saint-Gilles as well as in Évry attest the necessity to which Pope Francis urges us all, to discover the periphery and the diversity of its men and women to bring there this message of love without which we are nothing.

Ainsi, nous pourrons tenter d’éviter deux dangers majeurs qui guettent en permanence les structures comme les nôtres, et qui sont lucidement décrits par le pape François dans son encyclique Evangelii gaudium : « La mondanité spirituelle porte certains chrétiens à être en guerre avec d’autres chrétiens », et le Souverain Pontife ajoute : « Certains, plutôt que d’appartenir à l’Église entière, pensent appartenir à tel ou tel groupe qui se sent différent ou spécial. » Il nous appartient plus particulièrement à nous, chevaliers et dames, d’éviter une telle dérive.

This way we can try to avoid two major dangers, which constantly lurk entities like ours, and which are lucidly described by Pope Francis in his encyclical Evangelii gaudium : “Spiritual worldliness leads some Christians to war with other Christians…” and the Supreme Pontiff adds ”… Instead of belonging to the whole Church in all its rich variety, they belong to this or that group which thinks itself different or special”. It is incumbent specially upon us, knights and dames, to prevent such a drift.

La présence de S.E. le comte Thierry de Beaumont-Beynac, président de l’Association des membres de l’ordre de Malte en France, témoigne des liens fraternels et chaleureux qui unissent le service des pauvres et des malades au service des chrétiens de Terre sainte dont la maternité de Bethléem est l’exemple le plus évident.

The presence of H.E. Count Thierry de Beaumont-Beynac, chairman of the Association of the members of the Order of Malta in France, attests the warm and fraternal bonds, which unite the service for the poor and the sick to the service for the Christians of the Holy Land, the maternity hospital in Bethleem being the most obvious example of it.

La présence des hautes personnalités civiles et militaires françaises qui nous ont fait l’honneur et l’amitié de participer à nos cérémonies, nous rappelle que la France — avec son histoire riche et parfois complexe, voire difficile — continue généreusement de permettre à l’Ordre d’y remplir librement ses missions. Qu’il me soit ainsi permis de remercier, notamment, le général d’armée Jean-Louis Georgelin, grand chancelier de l’ordre de la Légion d’honneur, Monsieur l’Ambassadeur de France Bertrand Dufourcq et son épouse Madame le Ministre Élisabeth Dufourcq, ainsi que Monsieur l’Ambassadeur Laurent Stéfanini, chef du protocole de la République française, qui malheureusement n’a finalement pas pu être parmi nous mais dont l’aide passée, présente et future sont irremplaçables.

The presence of the French civilian and military dignitaries, who honoured us in friendship by taking part in our ceremonies, reminds us that France – with its rich and sometimes complex, or even difficult history – generously keeps allowing the Order to freely fulfill its missions there. I would like to thank, in particular, the Army General Jean-Louis Georgelin, Grand Chancellor of the Order of the Legion of Honour, the Ambassador of France Bertrand Dufourcq and his wife the Minister Élisabeth Dufourcq, as well as the Ambassador Laurent Stéfanini, Chief of Protocol of the French Republic, whose past, present and future assistance are irreplaceable.

Monsieur le Cardinal, depuis mon adoubement en 1999, mais surtout depuis qu’il y a deux ans Vous m’avez confié la charge de lieutenant, je suis de plus en plus convaincu que notre Ordre ne peut vivre, ne peut survivre et ne peut se développer que s’il s’identifie à une famille qui, par la nature des choses, traverse parfois des épreuves mais qui sait toujours trouver les éléments nécessaires à leur dépassement.

My Lord Cardinal, since my investiture in 1999, and above all since You entrusted me two years ago with the office of Lieutenant, I am more and more convinced that our Order may only live, survive and develop if it identifies with a family who, by the nature of things, sometimes experiences hardship but always knows how and where to find the means to overcome it.

L’adresse aux lieutenants, suite au pèlerinage en Terre sainte de mai dernier au cours duquel le Saint-Père demanda à Votre Éminence de L’accompagner, se concluait par une citation de l’Apôtre Jean : « Que tous soient un » (Jean XVII, 21). Dans cette adresse, Votre Éminence souhaitait également que puissent être organisées dans nos différents pays des rencontres interconfessionnelles. C’est exactement dans cet esprit que la lieutenance pour la France entend développer ses activités au sein de l’Ordre.

Following the pilgrimage in Holy Land of last May, during which the Holy Father asked Your Eminence to accompany Him, the Address to the Lieutenants ended with a quotation of Apostle John “that they may all be one” (John 17:21). In that address, Your Eminence also wished that interfaith encounters may be organized in our different countries. This is precisely the spirit in which the French Lieutenancy intends to develop its activities within the Order.

Demain, Monsieur le Cardinal, Vous nous aurez quittés. Mais que Votre Éminence soit certaine que ces moments passés en communion resteront durablement vivants dans nos mémoires. Soyez également certain de la pleine confiance que la lieutenance pour la France et son lieutenant mettent en Votre Éminence, comme pasteur de l’Ordre, désigné à cet effet par le Pape.

Tomorrow, My Lord Cardinal, you will have left us. But may Your Eminence be certain that these moments spent in communion will lastingly remain living in our memories. Be also certain about the full confidence that the French Lieutenancy and its Lieutenant place in Your Eminence, as pastor of the Order, appointed by the Pope to that purpose.

En conclusion, qu’il me soit permis de confier une simple requête à Votre Éminence : Portez-nous, portez la lieutenance de France dans Vos prières.

In conclusion, allow me to entrust Your Eminence with a simple request : place us, place the French Lieutenancy in Your prayers.

Pierre Murret-Labarthe.
Paris, 6 septembre 2014.

Pierre Murret-Labarthe.
Paris, September 6th 2014.

Décorations au Mérite du Saint-Sépulcre de Jérusalem

Ont été décorés de la croix au Mérite :

  • Maître Mathias Biche ;
  • Mlle Christiane Bruyelle ;
  • M. Romain-Xavier Frétille ;
  • M. Paul Giraud, écuyer ;
  • M. Charles-Édouard Guilbert-Roed, écuyer.

Connexion

Si vous êtes inscrit, la connexion vous donne accès à certaines informations privées.

Inscription

Si vous n’êtes pas encore inscrit, demandez à l’être :

Inscription

Calendrier

Juin 2017
D L Ma Me J V S
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1