À Jérusalem, en 355, la dédicace des basiliques que l’empereur Constantin voulut, avec piété, construire sur le Calvaire et le saint Sépulcre du Seigneur.

Martyrologe romain, 13 septembre.

Lieu saint associé :

 

Rites initiaux

Introït

In die illa radix Iesse stat in signum populorum ; ipsam gentes requirent, et erit sedes eius gloriosa. Ce jour-là, la racine de Jessé, père de David, sera dressée comme un étendard pour les peuples, les nations la chercheront, et la gloire sera sa demeure.

Collecte

Dómine Iesu Christe, qui pro nobis mortem subíre, et, in sepúlcro depósitus, tértia die resúrgere voluísti, concéde famúlis tuis, ut qui Sancti Sepúlcri basílicæ dedicatiónis memóriam recólimus, resurrectiónis quoque glóriæ partícipes esse mereámur. Qui vivis et regnas in unitáte Spíritus Sancti, Deus, per ómnia secula sæculórum. — Amen. Seigneur Jésus-Christ, pour nous, tu as voulu subir la mort, être mis au tombeau et ressusciter le troisième jour ; accorde à tes fidèles qui célèbrent la mémoire de la dédicace de la basilique du Saint-Sépulcre, d’avoir part à la gloire de la résurrection. Toi qui règnes avec le Père et le Saint-Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. — Amen.

Liturgie de la Parole

Lecture du livre d’Isaïe

Il était sans apparence ni beauté qui attire nos regards, son aspect n’avait rien pour nous plaire. Méprisé, abandonné des hommes, homme de douleurs, familier de la souffrance, il était pareil à celui devant qui on se voile la face ; et nous l’avons méprisé, compté pour rien. En fait, c’étaient nos souffrances qu’il portait, nos douleurs dont il était chargé. Et nous, nous pensions qu’il était frappé, meurtri par Dieu, humilié. Or, c’est à cause de nos révoltes qu’il a été transpercé, à cause de nos fautes qu’il a été broyé. Le châtiment qui nous donne la paix a pesé sur lui : par ses blessures, nous sommes guéris. Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait son propre chemin. Mais le Seigneur a fait retomber sur lui nos fautes à nous tous. Maltraité, il s’humilie, il n’ouvre pas la bouche : comme un agneau conduit à l’abattoir, comme une brebis muette devant les tondeurs, il n’ouvre pas la bouche. Arrêté, puis jugé, il a été supprimé. Qui donc s’est inquiété de son sort ? Il a été retranché de la terre des vivants, frappé à mort pour les révoltes de son peuple. On a placé sa tombe avec les méchants, son tombeau avec les riches ; et pourtant il n’avait pas commis de violence, on ne trouvait pas de tromperie dans sa bouche.

Is LIII, 2-9.

Psaume

Tu ne laisseras pas ton ami voir la corruption !

Garde-moi, mon Dieu :
j’ai fait de toi mon refuge.
J’ai dit au Seigneur : « Tu es mon Dieu !
Je n’ai pas d’autre bonheur que toi. »

Seigneur, mon partage et ma coupe :
de toi dépend mon sort.
La part qui me revient fait mes délices ;
j’ai même le plus bel héritage !

Mon cœur exulte, mon âme est en fête,
ma chair elle-même repose en confiance.
Tu ne peux m’abandonner à la mort
ni laisser ton ami voir la corruption.

Ps XV.

Lecture du livre des Actes des Apôtres

Dans la synagogue d’Antioche de Pisidie, Paul se leva, fit un signe de la main et dit : « Vous, frères, les fils de la lignée d’Abraham et ceux parmi vous qui craignent Dieu, c’est à nous que la parole du salut a été envoyée. En effet, les habitants de Jérusalem et leurs chefs ont méconnu Jésus, ainsi que les paroles des prophètes qu’on lit chaque sabbat ; or, en le jugeant, ils les ont accomplies. Sans avoir trouvé en lui aucun motif de condamnation à mort, ils ont demandé à Pilate qu’il soit supprimé. Et, après avoir accompli tout ce qui était écrit de lui, ils l’ont descendu du bois de la croix et mis au tombeau. Mais Dieu l’a ressuscité d’entre les morts. Il est apparu pendant bien des jours à ceux qui étaient montés avec lui de Galilée à Jérusalem, et qui sont maintenant ses témoins devant le peuple. »
Ac XIII, 16, 26-31.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc

Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts ? Il n’est pas ici, il est ressuscité (Lc XXIV, 5-6).

Le premier jour de la semaine, à la pointe de l’aurore, les femmes se rendirent au tombeau, portant les aromates qu’elles avaient préparés. Elles trouvèrent la pierre roulée sur le côté du tombeau. Elles entrèrent, mais ne trouvèrent pas le corps du Seigneur Jésus. Alors qu’elles étaient désemparées, voici que deux hommes se tinrent devant elles en habit éblouissant. Saisies de crainte, elles gardaient leur visage incliné vers le sol. Ils leur dirent : « Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts ? Il n’est pas ici, il est ressuscité. Rappelez-vous ce qu’il vous a dit quand il était encore en Galilée : “Il faut que le Fils de l’homme soit livré aux mains des pécheurs, qu’il soit crucifié et que, le troisième jour, il ressuscite.” » Alors elles se rappelèrent les paroles qu’il avait dites. Revenues du tombeau, elles rapportèrent tout cela aux Onze et à tous les autres. C’étaient Marie Madeleine, Jeanne, et Marie mère de Jacques ; les autres femmes qui les accompagnaient disaient la même chose aux Apôtres. Mais ces propos leur semblèrent délirants, et ils ne les croyaient pas. Alors Pierre se leva et courut au tombeau ; mais en se penchant, il vit les linges, et eux seuls. Il s’en retourna chez lui, tout étonné de ce qui était arrivé.

Lc XXIV, 1-12.

Liturgie eucharistique

Prière sur les offrandes

Hóstias et preces súscipe, Dómine, et præsta, ut cum Christo sepúlti mundo moriámur et tibi soli vivámus. Per Christum Dóminum nostrum. — Amen. Accueille, Seigneur, nos sacrifices et nos prières, afin que, mis au tombeau avec le Christ, morts pour le monde, nous vivions pour toi seul. — Amen.

Préface

Vere dignum et iustum est, æquum et salutáre Te quidem, Dómine, omnitémpore confitéri, sed in hac potíssimum Die gloriósius prædicáre, cum Pascha nostrum immolátus est Christus. Ipse enim verus est Agnus qui ábstulit peccáta mundi Qui mortem nostram moriéndo destrúxit, et vitam resurgéndo reparávit. Qua própter, profúsis paschálibus gáudiis, totus in orbe terrárum mundus exsúltat. Sedet supérnæ virtútes atque angélicæ potestátes hymnum glóriæ tuæ cóncinunt, sine fine dicéntes : Sanctus…  Vraiment il est juste et bon de te glorifier, Seigneur, en tout temps, mais plus encore en ces jours, où le Christ notre Pâque a été immolé. Car il est l’agneau véritable, qui a enlevé le péché du monde : en mourant, il a détruit notre mort ; en ressuscitant, il nous a rendu la vie. C’est pourquoi, le peuple des baptisés, rayonnant le la joie pascale, exulte par toute la terre, tandis que les anges dans le ciel chantent sans fin l’hymne de ta gloire : Saint… 

Antienne de la communion

Surrexit Dóminus de hoc Sepulcro, qui pro nobis pepéndit in ligno, alleluia. Le Christ est sorti de ce tombeau, lui qui fut cloué à la croix. Alléluia.

Prière après la communion

Deus, qui nos sancti Sepúlcri Fílii tui lætári facis honóre : da nobis, per hæc sancta quæ súmpsimus, ut, ab omni vetustáte purgáti, in novam transferámur creatúram. Per Christum Dóminum nostrum. — Amen. Nous te le demandons, Seigneur, toi qui combles de joie tes fidèles qui vénèrent le Saint Sépulcre de ton Fils, que cette communion nous fasse entrer, libres de tout vieillissement, dans la nouvelle création. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. — Amen.

Connexion

Si vous êtes inscrit, la connexion vous donne accès à certaines informations privées.

Inscription

Si vous n’êtes pas encore inscrit, demandez à l’être :

Inscription

Calendrier

Juillet 2018
D L Ma Me J V S
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4