Présentation

Les Pères sont des défricheurs. Face à de nombreux courants hétérodoxes, ils ont fermement guidé leurs communautés en précisant la foi reçue des apôtres. Ils l’ont fait de trois manières :

- en montrant que les communautés avaient leur origine dans une fondation apostolique et que leurs évêques étaient successeurs des apôtres.

- en établissant le canon des Écritures.

- en définissant la règle de la foi.

La règle de la foi n’est pas le symbole de la foi (le Credo), mais une liste des points essentiels qui porte la marque de la nouveauté chrétienne.

Texte

Irénée, Démonstration, 6-7 (SC 62, éd. L. M. Froidevaux, Cerf, 1971, p. 39-40)       

6. Et voici la règle de notre foi, le fondement de l’édifice et ce qui donne fermeté à notre conduite: Dieu Père, incréé, qui n’est pas contenu, invisible, un Dieu, le créateur de l’univers; tel est le tout premier article de notre foi: Mais comme deuxième article: Le Verbe de Dieu, le Fils de Dieu, le Christ Jésus Notre Seigneur, qui est apparu aux prophètes selon le genre de leur prophétie et selon l’état des économies du Père; par qui toute chose a été faite ; qui, en outre, à la fin des temps, pour récapituler toute chose, s’est fait homme parmi les hommes, visible et palpable, pour détruire la mort, faire apparaître la vie et opérer une communion de Dieu et de l’homme. Et comme troisième article : le Saint-Esprit par lequel les prophètes ont prophétisé et les pères ont appris ce qui concerne Dieu, et les justes ont été guidés dans la voie de la justice et qui, à la fin des temps, a été répandu d’une manière nouvelle sur notre humanité pour renouveler l’homme sur toute la terre en vue de Dieu.

7. Et c’est pourquoi, à la nouvelle naissance, le baptême a lieu par ces trois articles, [le baptême] qui nous accorde la grâce de la nouvelle naissance en Dieu le Père par le moyen de son Fils dans l’Esprit-Saint. Car ceux qui portent l’Esprit de Dieu sont conduits au Verbe, c’est-à-dire au Fils ; mais le Fils les présente au Père, et le Père leur procure l’incorruptibilité. Donc sans l’Esprit, il n’est pas possible de voir le Fils de Dieu, et sans le Fils, personne ne peut approcher le Père, car la connaissance du Père, c’est le Fils et la connaissance du Fils de Dieu se fait par le moyen de l’Esprit-Saint ; quant à l’Esprit, c’est selon qu’il plaît au Père que le Fils le dispense à titre de ministre à qui veut et comme veut le Père.

Le texte de ce petit traité Démonstration de la Prédication apostolique a été découvert dans la bibliothèque d’un monastère arménien en 1904. On ne connaissait jusque-là son existence que par un signalement d’Eusèbe de Césarée. Le traité est attribué à Irénée (entre 180 et 200). Il s’agit donc d’une traduction arménienne à partir du grec. Le traité est une catéchèse doctrinale qui porte sur Dieu Trinité et l’économie du salut. À méditer pour sa force et sa fraîcheur. 

[Édition scientifique dans Sources Chrétiennes 62 (1971).]

Commentaire

Nous sommes ici face à un des premiers textes définissant avec précision non seulement le contenu de la foi - en ce qui concerne la Trinité, mais aussi la manière dont celle-ci opère.

Rappelons qu’Irénée est une des premiers Pères ayant fait œuvre de théologien, de manière particulièrement large et ambitieuse, orientée dans la perspective du salut. En outre son œuvre principale s’appelle Contra haereses (contre les hérésies). C’est tout un programme : la définition de la vraie foi, et corrélativement la lutte contre les hérésies ne sont pas une simple question de rétablissement de la vérité : c’est la conséquence même de la recherche du salut, car la vérité sauve. La règle de foi, directement issue de la médiation des Écritures, est règle de salut. Dit autrement, si on croit dans un Dieu qui sauve, et qui s’est révélé, il importe au plus haut point de savoir ce qu’Il nous a vraiment dit sur la manière dont ce salut nous est apporté. Et dès lors il est important de développer en utilisant toutes les ressources de la pensée humaine ce que ce message nous dit.

C’est notamment l’objet de ce texte, qui porte sur la Trinité. Il s’agit ici pour l’essentiel de ce qu’on appelle ‘Trinité économique’, celle qui apparaît dans l’économie du salut (par opposition à la ‘Trinité immanente’, qui est la Trinité considérée en elle-même), sachant que ce sont deux aspects de la même réalité. En particulier le rôle du Fils comme celui de l’Esprit sont ici appréhendés dans leur rapport avec l’humanité dans le processus de salut (et non pas dans les processions divines, engendrement et spiration). Cela commence par l’histoire générale : création, révélation divine, incarnation, prophéties etc., dans la perspective de la récapitulation de toutes choses en Dieu. Et cela se poursuit dans le processus de salut de chacun, de retour au Père : par le Fils et par l’Esprit, ce dernier conduisant au Fils, et le Fils au Père.

À nouveau cette connaissance n’est pas d’abord de curiosité intellectuelle, ni même salvatrice en tant que connaissance intellectuelle. Comme nous le verrons plus en détails dans la séance suivante, dans son œuvre Irénée attaque notamment les gnostiques, qui proposaient une voie de salut fondée sur une conception de la connaissance tout à fait différente, fondée sur l’ascèse et la transmission plus ou moins ésotérique d’uns avoir supposé comme tel porteur de salut. Ce qu’Irénée nous enseigne revient au fond à dire : regardez comment vous serez sauvés ; c’est par des Personnes. Par le Père, à travers le Fils et l’Esprit ; c’est donc à ces personnes que vous devez vous fier. Dieu seul assure le salut, et il le fait à travers l’Incarnation du Fils et l’inspiration de l’Esprit, qui souffle où il veut. Mais pour cela il faut autant qu’il nous est possible Les connaître. D’où le nécessaire approfondissement du contenu de la foi et le besoin de le connaître de façon juste, dans la vérité de son message.

Notons enfin que cette question de la règle de foi, loin d’avoir perdu de son urgence, en a sans doute repris aujourd’hui. Dans un contexte de plus en plus relativiste ou syncrétique, on considère souvent de nos jours qu’il n’y a pas de lien direct entre le salut et le contenu du message de foi. On prétend qu’on peut être sauvé dans et par n’importe quelle religion ou doctrine. Le message des Pères est contraire : il souligne combien il nous faut écouter la Parole afin de connaître le plus possible et en vérité ce Dieu en trois personnes qui nous apporte le salut. Il nous conduit donc directement à ce qu’on a appelé ‘nouvelle évangélisation’.

Connexion

Si vous êtes inscrit, la connexion vous donne accès à certaines informations privées.

Inscription

Si vous n’êtes pas encore inscrit, demandez à l’être :

Inscription

Calendrier

Janvier 2018
D L Ma Me J V S
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3