Ville sainte

Jérusalem est citée 950 fois dans la Bible, dont 140 fois dans le Nouveau Testament (voir Jérusalem dans la Bible sur le site du Patriarcat), et serait le site d’épisodes coraniques. Aussi est-elle considérée par les trois principales religions monothéistes et par l’ONU comme « ville sainte » (expression du prophète Ésaïe : Is LII, 1).

Elle recèle de nombreux lieux saints :

  Ouest… Est…
  de la Ligne verte 

Vieille Ville

 

Basilique du Saint-Sépulcre

Chemin de croix

Esplanade du Temple (mur Occidental pour les juifs, dôme du Rocher et mosquée Al-Aqsa pour les musulmans)

Reste de la municipalité

Cénacle (synagogue du roi David pour les juifs, mosquée pour les musulmans)

Vallée de Josaphat (église du Tombeau de la Vierge, basilique de Gethsémani)

Mont des Oliviers (oratoire de l’Ascension, Éléona, Bethphagé, cimetière juif)

Reste du Corpus separatum

Aïn-Karem

Tombeau de Lazare près Béthanie

Bethléem (basilique de la Nativité, autres lieux de la Nativité, tombeau de Rachel)

Jérusalem est la patrie de saint Joseph Barsabbas et de sainte Marie-Alphonsine Ghattas. Elle eut pour saints évêques Jacques et Siméon, « frères du Seigneur », Narcisse, Alexandre, Macaire, Maxime, Cyrille, Jean II, Sophrone, Albert.

Lhumanité entière, et en premier lieu les peuples et les nations qui ont à Jérusalem leurs frères dans la foi, chrétiens, juifs et musulmans, ont des raisons de se sentir concernés et de faire tout leur possible pour préserver le caractère sacré, unique et singulier de la ville. Non seulement les monuments ou les lieux saints, mais aussi lensemble de la Jérusalem historique et lexistence des communautés religieuses, leur condition, leur avenir ne peuvent pas ne pas être un objet dintérêt et de sollicitude pour tous.

Saint Jean-Paul II,
lettre apostolique Redemptionis anno du 20 avril 1984 sur la ville de Jérusalem,
patrimoine sacré de tous les croyants et carrefour désiré de la paix pour les peuples du Moyen-Orient
, 2.

Les résolutions 476 (1980) et 478 (1980) du Conseil de sécurité de l’ONU définissent Jérusalem comme « Ville sainte » et rappellent « la nécessité de protéger et de préserver la dimension spirituelle et religieuse unique des lieux saints de cette ville ». À ce titre, sur proposition de la Jordanie, la Vieille Ville de Jérusalem et ses remparts ont été inscrits par l’UNESCO sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité en 1981 et sur la liste du patrimoine mondial en péril en 1982.

Ville actuelle

Vieille Ville

Co-cathédrale du Très-Saint-Nom-de-Jésus

Le patriarche latin de Jérusalem a son siège patriarcal et donc sa cathédrale à la basilique du Saint-Sépulcre, mais sa cathèdre est dans la co-cathédrale du Très-Saint-Nom-de-Jésus, construite de 1862 à 1872 et restaurée de 1986 à 1988.

Le clocher de la co-cathédrale n’avait presque pas été entretenu depuis les années 1970. Il a été restauré et doté d’un nouveau carillon entièrement automatisé, inauguré le 9 août 2010, grâce au soutien de la lieutenance d’Autriche.

Siège du Patriarcat latin de Jérusalem

Au Patriarcat en 2010, plusieurs bureaux (notamment le bureau de catéchisme et deux bureaux de prêtres) ont été rénovés, et le clocher modernisé.

En 2006 et 2007, un précédent programme avait consisté à remplacer 3 grandes fenêtres de la co-cathédrale et 15 fenêtres plus petites du Patriarcat, et, en outre, à nettoyer et rejointoyer les murs de pierre des façades concernées. Le coût de ces travaux s’élevait à 65 000 euros, entièrement pris en charge par l’Ordre.

Paroisse syro-orthodoxe

La communauté paroissiale syro-orthodoxe de Jérusalem ne dispose, pour ses activités religieuses, sociales et éducatives, ainsi que pour ses réunions avec d’autres représentants religieux, que d’une salle, située à l’intérieur du monastère Saint-Marc, dans la Vieille Ville.

Cette salle a bénéficié en 2008 d’une restauration urgente pour 50 000 euros.

Reste de Jérusalem-Est

Hôpital Saint-Joseph

L’hôpital Saint-Joseph, fondé en 1954 par la congrégation française des Sœurs de Saint-Joseph-de-l’Apparition, est le seul hôpital catholique de Jérusalem. Son conseil d’administration se préoccupe depuis 2004 du manque d’infrastructures de soins gynécologiques et obstétriques à Jérusalem-Est, ainsi qu’en Palestine en général, où le taux de mortalité infantile demeure élevé (20 décès sur 1 000 naissances).

Une maternité de 75 lits s’ajoutant aux 73 existants, employant des salariés faisant vivre 150 familles, y a ouvert en mai 2015. L’Ordre a contribué à son financement avec de nombreux donateurs locaux et étrangers.

Un centre mère-enfant d’une surface de 4 370 m², comprenant 36 lits, une maternité, un service d’urgences et un service de pédiatrie, avait été construit au sein de l’hôpital. Le creusement des fondations a commencé en juin 2008 et les permis de construire ont été délivrés en mai 2009. L’Ordre a contribué pour 1,5 million d’euros aux 5,5 millions nécessaires.

Home Notre-Dame-des-Douleurs

Le Home Notre-Dame-des-Douleurs d’Abou-Dis (Jérusalem-Est) est une maison de retraite de 55 lits et une maison d’accueil de bénévoles de 10 lits fondées en 1955 par la congrégation des Filles de Notre-Dame-des-Douleurs, dont la maison mère est à Tarbes (France). Des sœurs de la congrégation l’animent avec l’aide d’employés locaux et de bénévoles de toutes nationalités.

Le Home accueille des personnes âgées palestiniennes, hommes et femmes de toutes confessions, ainsi que quelques prêtres et religieux du diocèse, pour être soignées et accompagnées humainement et spirituellement. Depuis sa création, des personnes pauvres et isolées y sont accueillies. Le tiers des résidents sont originaires de Palestine et ne bénéficient d’aucune assurance vieillesse. La grande majorité est totalement prise en charge.

La lieutenance de France a financé la restructuration de la cour intérieure à hauteur de 70 000 euros en 2007 et 22 000 euros en 2008.

Maison d’Abraham

La Maison d’Abraham est un centre d’accueil des pèlerins de passage géré par le Secours catholique. Il est possible d’y rendre différents services.

École biblique et archéologique française

L’École biblique et archéologique française est un institut dominicain de troisième cycle pour l’étude de l’histoire biblique et de l’archéologie. Sa bibliothèque spécialisée de renommée internationale réunit plus de 140 000 volumes et périodiques, ainsi qu’une importante collection de cartes historiques et de photographies remontant au XIXe siècle.

L’École avait commencé à faire cataloguer ses livres sur ordinateur, mais par une équipe de bibliothécaires français bénévoles, provoquant des discontinuités et des coûts élevés. Afin d’achever le travail et d’en permettre la mise à jour, un bibliothécaire local a été engagé en 2010, un Arabe chrétien de Nazareth formé en France à la gestion électronique d’une bibliothèque, grâce à 20 300 euros apportés par l’Ordre.

Jérusalem-Ouest

Hôpital Saint-Louis

L’infirmière en chef et responsable de l’hôpital Saint-Louis est sœur Monika Durman, membre de la congrégation française de Sœurs de Saint-Joseph de l’Apparition, qui a accueilli le pèlerinage de la Lieutenance de 2014.

Hospice Saint-Vincent-de-Paul

L’hospice Saint-Vincent-de-Paul est placé sous le signe du dévouement et de l’indifférenciation entre les religions, grâce à l’action continue et souvent opiniâtre des Filles de la Charité et de leur supérieure, sœur Denise. En son absence, le pèlerinage de la Lieutenance de 2014 a été accueilli par sœur Alice.

Reste du Corpus separatum

P.J.

Connexion

Si vous êtes inscrit, la connexion vous donne accès à certaines informations privées.

Inscription

Si vous n’êtes pas encore inscrit, demandez à l’être :

Inscription

Calendrier

Juin 2017
D L Ma Me J V S
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1